Les sujets de chanson : le bonheur

GeorgesL’amour, l’humour, le bon temps. Parler de bonheur serait la recette miracle du succès ? Voici la réponse de quelques vers de chansons, grapillés lors d’une ballade en pays heureux.

L’amour heureux

L’élan amoureux est un puissant stimulant qui pousse les plumes à se délier. Cependant le thème de l’amour heureux est moins fréquemment traité par les grands auteurs – et les artistes en général – que le désamour. Le sujet leur paraît à priori usé, cliché, à la limite de la mièvrerie. Le bonheur n’est pas facile à traiter de manière originale. Le train est arrivé à l’heure. La belle affaire. Bon… Pas d’explosion, de poursuite, de violence, de sexe, de provoc ?

Peut on dire alors que chanter l’amour heureux représente un plus grand défi artistique ?

Je t’ai rencontré simplement / et tu n’as rien fait pour chercher à me plaire. Maurice de Feraudy Fascination (ed. Phillipo 1905).

La qualité de la mélodie est sans doute pour une grande part dans le succès de ce titre pendant plusieurs générations, mais ces mots clairs, directs, éternels, n’y sont pas étrangers.

Même constat pour le premier grand prix du Disque (1931) :

Parlez moi d’amour / redites moi des choses tendres. Jean Lenoir Parlez moi d’amour (Les nouvelles Editions Meridian) 1926. Interprétée par Lucienne Boyer.

C’est si bon. Ces mots sont l’ossature – et le titre – d’un autre standard mondial né en France. Ils sont inspirés à Henri Betti, le pianiste de Maurice Chevalier, par une vitrine de lingerie. La chanson est refusée par Henri Salvador… mais popularisée par Suzy Delair puis Sacha Distel et exportée avec succès par Louis Armstrong après qu’il l’ait entendue au festival de Nice.

Elle a gommé les chiffres / des horloges du quartier / elle a fait de ma vie / des cocottes en papier / des éclats de rire. Francis Cabrel Je l’aime à mourir (Warner Chappell) 1979.

Le style Cabrel, est plus métaphorique et très travaillé.

Par hasard, elle aime mon incertitude / par hasard, j’aime sa solitude. J.l. Dabadie Ma préférence (Editions Crécelles/ Editions Sidonie) 1978.

En 2006 Dabadie signera également pour julien clerc Quel jeu elle joue, qui fait écho à cette chanson.

Le flirt est un temps fort de l’amour, universel, propice à l’identification.

J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage / sur leur peau le soleil caresse bien trop sage / le vent qui les décoiffe au goût de sel sur mes lèvres, Patrick Coutin J’aime regarder les filles (EMI) 1981.

Encore des mots toujours des mots / les mêmes mots / rien que des mots… Michael, G.Ferrio Paroles…paroles (editions Ferrio Curci) 1973.

Sur le sujet, une très longue liste de titres saute à la mémoire : Les bombons, Jolie môme, Oh les filles, Tu veux tu veux pas, Les brunes ne comptent pas pour des prunes, Belle, Aicha, etc.

Ce sont les filles qui achètent les disques, disait Gainsbourg, et la flatterie ne semble pas être ressentie par elles comme un défaut… Vous les femmes Julio iglesias / La femme est l’avenir de l’homme Jean Ferrat / Le bon dieu est une femme Corneille / Femmes je vous aime JL Dabadie pour Julien Clerc.

L’amitié.

On dit qu’entre l’amour et l’amitié il n’y a qu’un lit de différence.

Avoir un bon copain / voilà c’ qui y a d’ meilleur au monde / oui, car, un bon copain / c’est plus fidèle qu’une blonde. Jean Boyer / François Salabert Avoir un bon copain (Salabert) 1931.

Pour le « gros » (surnom de Brassens par ses amis), l’amitié est également une valeur importante, primordiale, comme en témoigne son « tube » Les copains d’abord.

Avoir un bon copain est repris dans son disque George Brassens chante les chansons de sa jeunesse, dont il reverse les droits à son ami Lino Ventura pour son association Perce neige.

Les chansons sur l’amitié ne sont pas toujours gaies mais toujours elles distillent une tendresse positiviste.

Non jef t’es pas tout seul / mais arrête de pleurer / comme ça devant tout le monde / parce qu’une demi vieille / parce qu’une fausse blonde/ t’a relaissé tomber. Jacques Brel Jef (editions Pouchenel) 1964.

Brel, Brassens, Ferré. Qui n’aurait pas rêvé d’avoir des copains pareils…

Nous avons eu nos nuits comme ça moi et moi / accoudés à ce bar devant la bière allemande / quand je nous y revois des fois je me demande / si les copains de ces temps-là vivaient parfois. Léo ferré Richard (Ferré) 1973. 

Chanson écrite pour Richard Marsan, son ami et directeur artistique chez Barclay.

Le bon temps

Le bonheur prend souvent les traits de l’insouciance, du plaisir, du soleil, de la nature et tout sur terre peut être sujet à le chanter. Une noix (Trenet), Les p’tits papiers (Gainsbourg), Le chapeau de Zozo (Chevalier).

Tu la vises et tu la manques change ton tir / une partie de pétanque ça fait plaisir. Une partie de pétanque André Montagard 1941. Interprétée par Darcelys et …Georges Brassens.

Trenet est un des rares « grands » à avoir beaucoup écrit sur le bonheur, une vraie ligne de conduite, une quasi obsession.

Y’a de la joie ! Bonjour, bonjour les hirondelles / y’a de la joie ! dans le ciel par dessus les toits». Charles trenet. Y’a de la joie (Raoul Breton) 1938.

Tout est dit dans le titre, popularisé par Maurice chevalier, immense vedette d’alors. Ecrire sur la joie peut être un exorcisme de la tristesse. Le fou chantant a raconté avoir composé le titre pendant son service militaire, période lors de laquelle il n’était pas particulièrement heureux.

Dès les premiers vers, nous sommes entraînés dans le climat poétique de Trenet, ses personnages sympathiques, le boulanger, le facteur, le percepteur, mais aussi les objets qu’il humanise, le métro, la tour Eiffel. Lui qui se disait pas gay, mais joyeux, aimait répéter : il faut garder quelques sourires pour se moquer des jours sans joie .

L’épicurisme fait recette chez les paroliers. Couchés dans le foin, Tout va très bien madame la Marquise, Qu’est ce qu’on attend pour être heureux, C’est beau la vie, La ballade des gens heureux, J’veux du soleil, c’est quand le bonheur.

Mais tout peut changer aujourd’hui / et le premier jour du reste de ta vie / c’est providentiel. Adapt. Etienne daho. Le premier jour du reste de ta vie. (Momentum/ Satori) 1998.

Nous prendrons le temps de vivre / d’être libres, mon amour / sans projets et sans habitudes. Moustaki. Le temps de vivre 1971.

Pierre Delanoë a également écrit sur le sujet pour Michel Fugain Je n’aurai pas le temps

La fête.

Rien n’est plus pareil aujourd’hui / on a les yeux écarquillés sur la liberté. Maurice vidalin C’est la fête (Le minotaure) 1973 Michel fugain.

La table.

La france, pays de la bonne chère, aime la déguster mais aussi la chanter : La bouillabaisse, Les marchés de provence, Les cornichons, Paulette la reine des paupiettes, Les mains d’une femme dans la farine, Les petits pains au chocolat, La confiture, On est foutus on mange trop…

Et glou et glou.

Ah le petit vin blanc / qu’on boit sous les tonnelles / quand les filles sont belles / du coté de Nogent. Jean Drejac. Ah le petit vin blanc (Les nouvelles Editions Méridian) 1943.

C’est à boire qu’il nous faut… 1,5 millions de boire un petit coup ont été vendus. Il est des nôtres, les chevaliers de la table ronde, la france adore chanter le vin. Pas mal des « grands » aiment la dive bouteille, mais il est loin d’être prouvé que l’inspiration ait besoin de stimulants.

Les paradis artificiels.

Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! / ça plane pour moi. Deprijk ça plane pour moi (Warner Chappell) 1977. Face B rescapée, cette parodie des punks de l’époque vendue à plusieurs millions d’exemplaires est au centre du procès qu’intente Lou Deprijk l’auteur producteur, qui affirme avoir l’avoir chantée et non Plastic Bertrand lors de l’enregistrement en studio. Il perd, mais cela ne fait pas taire la rumeur alors que le playback est déjà monnaie courante cette année là sur les plateaux télé.

Je drague dur la drogue douce / a travers ses grilles brillent des mains de fée. Claude Nougaro Prisonnier des nuages (Editions du Chiffre neuf ) 1993.

Rares sont les auteurs qui parlent ouvertement de cannabis, sauf pour le critiquer.

Je dis dites-leur et dis-leur / de casser la gueule aux dealers. Serge Gainsbourg Aux enfants de la chance (Melody Nelson publishing) 1987.

La musique est un sujet de prédilection naturel chez les paroliers. La java bleue, La valse brune, La boite de jazz, Toute la musique que j’aime, Quand la musique est bonne, etc.

A 18 ans j’ai quitté ma province / bien décidé à empoigner la vie / le coeur léger et le bagage mince / j’étais certain de conquérir Paris. Aznavour Je m’ voyais déjà (Raoul Breton) 1957.

Aznavour a été très égratigné par la critique jusqu’à la première de cette chanson à l’Alhambra le 12 décembre 1960. Etonnant : Aznavour est l’ancien secrétaire particulier d’Edith Piaf, qui lui a prédit qu’il ne percera jamais… et Yves montand lui a refusé cette chanson !

La danse.

Les danseurs sont en transe et la musique aidant / ils semblent sacrifier à des rythmes barbares / sur les airs d’aujourd’hui souvent vieux de tous temps. Charles Aznavour. Les plaisirs démodés (Editions Djanik) 1972.

Les changements de tempo confèrent à la chanson une originalité qui, bien que risquée, n’a pas empêché son succès. A remarquer dans l’arrangement le détournement du riff de guitare de Satisfaction (Rolling Stones) par les cuivres. Il existe plus de 300 versions de la chanson, dont celle de Liza Minelli sous le titre anglais The old fashioned way .

Réfractaires au son de mars et que ce flot de rime brime / flippez mais dites pourquoi vos bobines dodelinent. Fragione Mussard Bouger la tête (EMI et Coté obscur) IAM 1997.

L’humour

L’humour et l’amour sont les mamelles du bonheur. Ils aident à supporter les misères, dans les chansons comme dans la vie. L’humour est un excellent capteur d’attention, il rend les idées percutantes et surtout, il défoule et dédramatise les sujets graves. Constat : nous aimons rire plus des autres que de nous.

J’ai la rate qui s’ dilate… Géo Koger je n’ suis pas bien portant Maeva music) 1932 chanté par Gaston Ouvrard (musique de Scotto). Dans cette farce, exorcisme de la maladie, le chanteur énumère, avec un débit proche de celui des rappeurs, les organes en mauvaise santé : le foie, le ventre, l’ pylore, l’ gésier, l’estomac,les côtes, les hanches, l’épigastre, l’abdomen, l’ thorax, les épaules, les reins, les boyaux, l’ sternum, l’ sacrum, l’ nombril, l’ coccyx.

Le style comique troupier, au goût prononcé pour l’humour tuyau-de-poêle, fut crée par le père d’Ouvrard. Après avoir connu un immense succès pendant la guerre de 14 /18, ce métier a disparu.

C’est un vrai gringalet / aussi laid qu’un basset / mais je l’aime. Charlys / Vanderhaegen Tel qu’il est (Warner Chappell) 1936 Interprétée par Fréhel.

J’ pris un homard sauce tomate / il avait du poil aux pattes, Félicie aussi. Willemetz et Pothier Félicie aussi (editions Max Eschig) 1939 interprétée par Fernandel.

Faut rigoler avant qu’ le ciel nous tombe sur la tête. Boris Vian. Faut rigoler. (Meridian). 1960 interprétée par Henri Salvador.

Vian et Salvador, bons vivants et grands amis, ont écrit des centaines de titres dont certains sous le pseudonyme de Rock Failair pour l’un et Henry Cording pour l’autre.

Je cherche après Titine, Titine, oh! Titine / je cherche après Titine/ et ne la trouve pas. Lemonnier Bertal Titine (Meridian) 1917.

Ce refrain a été repris par Charlie Chaplin et… Jacques Brel.

Auteuil Neuilly Passy / c’est notre ghetto. Les Inconnus Auteuil Neuilly Passy (Editions Paul Lederman) 1991. Les humoristes remplissent les salles et de plus – Patrick Sébastien en est la preuve – ils adorent chanter…

À suivre…

© Roé 2016 - Tous droits réservés