A la recherche des règles d’écriture de chansons

leoEnquête sur les grandes chansons

C’était il y a quelques années. Je ressentais le besoin d’écrire en français mon prochain album. 

J’avais  écrit plusieurs dizaines de chansons en espagnol, chanceux que le texte de l’une d’entre elles, Soledad, ait fait le tour du monde et soit enseigné dans les classes d’espagnol des lycées.

Sans doute étais je intimidé à l’idée que le public francophone puisse comparer directement mon verbe à celui, majeur, génial, des géants : Brassens, Brel, Gainsbourg, Nougaro, Ferré et autres monstres sacrés de l’écriture. Je m’inquiétais « d’écrire après » et souhaitais m’appuyer sur un guide pratique contenant les règles d’écriture de chansons françaises. Un tel ouvrage n’existait pas.

A la recherche des règles d’écriture de chansons

J’entrepris de choisir neuf grandes chansons, neuf références de notre patrimoine. Première difficulté.

Comment reconnaît on une grande chanson ?

Avec le temps, La javanaise, La mer, Comme d’habitude, La bohème, La vie en rose, Les copains d’abord, Les feuilles mortes, Ne me quitte pas… selon moi, des grandes chansons, pour différentes raisons. Entre autres parce que ces neuf « standards » ont eu des destins hors du commun et parce qu’ils transmettent des sentiments droit au coeur des hommes. Son, sens, sensation. Dans chacun, le son fait sens, et fait sensation. Qualité de la mélodie, qualité du texte, qualité de l’interprétation. Son, sens, sensation, la règle de trois pour postuler au titre de trésor du patrimoine culturel national.

J’étudiai leurs techniques d’écriture, leurs sujets, les comparai pour en dégager les points communs.

Dans un deuxième temps les résultats obtenus, les « preuves par neuf », furent confrontés à des centaines de succès d’hier et d’aujourd’hui, de Barbara à Grand Corps Malade, en passant par Camille ou Souchon.

Elargi le champ des analyses, disséquées les anatomies de succès, les re-comparaisons, débuta l’ajout de remarques, le recensement des principaux thèmes, puis les interrogations. Sur la création, sur le pourquoi on aime une oeuvre, sur l’état des lieux du métier d’auteur. Ce travail m’occupa des années, et il continue de m’occuper.

L’aventure de l’écriture d’un nouveau disque : Madame, était propice à vérifier le bien fondé de ces règles d’écriture ainsi qu’à prendre des notes lors des différentes phases de travail sur les nouveaux textes. Ce nouveau crible m’aida à débusquer des imperfections. Je ne les corrigeai pas toutes, mais j’éprouvais la satisfaction de mieux apprécier chaque risque pris, de mieux accepter la différence de ma propre expression.

Aujourd’hui je termine l’écriture d’un nouvel album. Mon soulagement est de courte durée. L’idée de ce blog s’impose à moi : partager le résultat de mes recherches passées, sous une forme facile à lire, des textes, des méthodes, des anecdotes sur la genèse des chefs d’oeuvres et sur la vie de leur auteur, des commentaires, des mises en perspective.

Dans l’avalanche d’informations hétéroclites de notre quotidien, je vous proposerai dans mes prochains posts mon tri de l’or de nos grands auteurs, des marque-pages dans le grand livre universel de la chanson.

Roé

© Roé 2016 - Tous droits réservés